Tu as peut-être déjà vécu un de ces moments cités juste en dessous ?

– Lorsque tu conduis, sans te rendre compte, tu te « déconnectes » et en t’éveillant tu es surpris d’avoir déjà parcouru tout ce chemin ou même d’avoir atteint ta destination. 

– Lorsque tu regardes dans le vide et que tu te *déconnecte » spontanément. 

C’est ça être en hypnose !!

Avec mes années d’expérience, je peux confirmer que cet état est vécu différemment d’une personne à l’autre. Pour certains, cela ressemblera à un rêve éveillé alors que pour d’autres, cela ressemblera à une immersion où tout devient claire pour eux. 

Pour ma part, je le perçoit plutôt comme un état « fun ». J’aime le vivre moi-même mais j’aime d’autant plus le faire explorer à mes clients. 

Je t’y emmène en me basant sur ta vision de voir les choses. 

Je te guiderai et tu pourras y entrer sans que tu aies à lâcher prise, contrairement à ce que l’on peut penser, sauf si ceci est ton souhait. 

Une fois dans cet état hypnotique, on peut avoir un impact réel sur son comportement et ses ressentis ! 

Tu pourras trouver tes propres ressources de changement en travaillant sur toi-même de manière guidée dans ton sens et selon ta réalité. Une fois ce travail lancé, de nouveaux choix deviennent possibles, une réinterprétation peut être mise en place, une désensibilisation peut naître ou/et une acceptation peut se négocier. 

C’est toi le centre même du travail thérapeutique ainsi nous sommes certains d’aller directement dans la bonne direction en un minimum de temps. En voici de belles économies de temps et d’argent.

A la fin des années 90, après un pourcentage de réussite probant, l’hypnose a été reconnue comme scientifiquement valable. Des IRM ont démontré que l’état de « transe hypnotique » est révélé par un état de « suractivation cérébrale », appelé aussi : « Etat de conscience modifié ».

Oui pour :

– Le développement de l’estime de soi.

– La confiance en soi.

– La performance dans le domaine de l’art, du spectacle ou du sport.

– L’atteinte d’objectifs personnels

En médecine on utilise l’hypnose pour :
– Traitement de la douleur chronique. 
– Prise en charge de la douleur aiguë.
– Accompagnement des patients atteints du cancer, plus particulièrement les patients en chimiothérapie et qui souhaitent limiter les        effets secondaires du traitement.
– Pathologies liées au stress comme l’hypertension artérielle, ulcères gastriques, pathologies auto-immunes, asthme, impuissance, frigidité, infertilité, énurésie.
– Préparation à l’accouchement et suite de couches. 
Contenu d’accordéon

Pour les cas suivant :

– Dépression. 

– Angoisse, stress, anxiété.

– Deuil. 

– Phobies

– Troubles du sommeil. 

– Troubles du comportement alimentaire.

Aujourd’hui, l’hypnose à le vent en poupe. Lorsque l’on cherche un hypnothérapeute sur internet, nous sommes confrontés à une multitude de styles d’hypnose. On trouve l’hypnose ericksonienne, elmanienne, spirituelle, humaniste, etc.

Chaque école vente une manière de pratiquer l’hypnose qui sont toutes basées sur des théories bien différentes. Bien qu’intéressant, se contenter d’un seul style est extrêmement limitant. De plus, comment le praticien pourrait vous rejoindre dans votre monde s’il se limite à un seul style et ses protocoles ?

Chez DMD-Hypnose, pas de texte tout fait ou d’appris par cœur. 

 Chaque séance est absolument unique et s’adapte ainsi aux attentes et à la vision du client.

Loin des protocoles fixes et des théories limitantes, DMD-Hypnose utilise les pleines capacités de l’hypnose dans sa globalité.

Pour atteindre ses objectifs chez DMD-Hypnose, il faut compter 1 à 3 séances. 

Grâce à l’induction qui se fait en quelques secondes et une entrée directe dans le vif du sujet, très peu de séances sont nécessaires. 

Tu économiseras ainsi ton temps et ton argent.

En Bref, chez DMD-Hypnose, tout se fait au feeling et dans la bonne humeur ! 

Né en 1984, à Neuchâtel. J’ai découvert l’hypnose un peu par hasard lorsque j’avais 12 ans, en trouvant des classeurs sur le sujet dans la vieille bibliothèque de mon papa. 

C’est là qu’une passion est née.

Au terme de ma scolarité, c’est tout naturellement que j’ai choisi le métier que mon père aurait voulu faire, celui de boucher. J’ai exercé cette profession durant quinze ans. Métier pour lequel j’affectionnais plus le contact avec la clientèle que la profession elle-même.

 

Mon intérêt pour l’hypnose étant toujours très présent, je me suis donc lancé dans des études en hypnose thérapeutique.

Une fois, mon diplôme d’hypnothérapeute en poche, j’ai continué de me perfectionner en formation continue.

 

En 2016, après avoir donné une représentation hypnotique (petit jeu de spectacle) une personne s’est approchée de moi en me demandant de l’aider en hypnothérapie. Ceci ayant été une réussite pour elle en une séance, c’est la que le bouche-à-oreille s’est fait. En quelques mois seulement, j’ai quitté mon emploi et ouvert mon cabinet au Val-de-Ruz pour exercer à temps plein, afin de pouvoir répondre convenablement à la demande. 

Début 2020, mon petit cabinet a laissé place au centre DMD-Hypnose à Boudry afin d’accueillir mes patients avec encore plus de commodités. Souhaitant plus que tout transmettre ma passion et enseigner l’hypnose, j’ai décidé d’ouvrir mon école Romandie-Hypnose avec l’aide d’un associé et formateur Luca Sessa. Grâce à cette école, nous pouvons faire découvrir l’hypnose dans sa globalité. 

Il faut compter entre 1 à 3 séances maximum. 

CHF 70.00/30min. Une séance dure en moyenne 1h30 à 2h30 (à partir de 2h15 plus rien n’est facturé). Pour un enfant la séance est plus courte et dure en générale entre 1h à 1h30.

Non, vous garderez le contrôle tout au long de la séance.

Aucun thérapeute ne pourra vous garantir une réussite à 100%. Toutefois, les chances de réussite sont considérablement élevées grâce à cette méthode non-protocolaire d’utiliser l’hypnose. Vous devez également tenir compte de votre engagement et de votre détermination.

Aucune contre-indication est à noter car l’hypnose est une méthode naturelle et sans danger. Cette pratique est reconnue scientifiquement depuis la fin des années 90. Il est courant de voir des médecins, chirurgiens, anesthésistes, dentistes et bien d’autres corps de métier utilisent l’hypnose afin d’accroître les réussites et réduire les effets négatifs de la médication.